Hommage de la France aux tirailleurs sénégalais pour leur 150e anniversaire

Hommage de la France aux tirailleurs sénégalais pour leur 150e anniversaire

La France a rendu hommage aux tirailleurs sénégalais, samedi matin à Fréjus, à l’occasion du 150e anniversaire de leur création, lors d’une cérémonie marquée par la présence de 34 de ces anciens soldats africains engagés sous le drapeau français.

2.500 personnes environ dont 400 militaires ont assisté à la cérémonie présidée par le secrétaire d’Etat français aux anciens combattants, Alain Marleix, sur la place d’armes du 21e RIMA (infanterie de marine), en présence d’Agne Abdourahime, ministre sénégalais de la Microfinance et de la Coopération décentralisée.

« L’histoire de vos aînés, votre histoire, sont liées de manière indissoluble à l’histoire de notre pays et votre sacrifice à apporté à notre pays la liberté et a forgé sa grandeur », a déclaré M. Marleix, en s’adressant aux tirailleurs présents.

Ces anciens soldats, dont le plus jeune est âgé de 84 ans et le plus ancien de 97 ans, sont originaires de 17 nations (Mauritanie, Niger, Sénégal, Mali, Bénin, Guinée, Congo, Djibouti, Togo, Madagascar, Comores, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Centrafrique, Gabon, Cameroun et Tchad).

Rappelant les faits d’armes des tirailleurs sénégalais « dans lesDardanelles, dans les territoires d’Indochine et les régions d’Algérie », le secrétaire d’Etat a reconnu que « la France a parfois manqué de reconnaissance ou tardé à vous la témoigner ».

Outre les 18 formations des troupes de marine installées en métropole, le 5e régiment interarmes d’outre mer en poste à Djibouti, le 4e régiment du service militaire adapté de La Réunion et le 41e bataillon d’infanterie de marine de la Guadeloupe représentaient les formations stationnées dans les garnisons d’outre mer.

De la boue des tranchées de Verdun (1916) à la guerre d’Algérie (1954-1962), en passant par les forêts ardennaises (1940), les sables de Bir Hakeim (1942), la neige des Vosges (1944), et les rizières d’Indochine (1945-1954), des centaines de milliers de soldats africains combattirent sous l’uniforme français. Plusieurs dizaines de milliers d’entre eux furent tués.

Le premier bataillon de tirailleurs sénégalais fut créé par un décret de l’empereur Napoléon III, le 21 juillet 1857. Les derniers bataillons furent dissous en 1964 après l’indépendance des pays africains. (© Pierre-Marie GIRAUD AFP)

Partagez cet article

La Rédaction

La Rédaction

Depuis plus de 25 ans le site « ekodafrik.net » édite une information exclusive dédiée à l’OUVERTURE VERS LES CULTURES afro de Lyon et son agglomération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.