[LITTERATURE] « Salifou, chercheur d’or dans le Ténéré » de Gilbert FOUR, un lien entre Lyon et le Niger

[LITTERATURE] « Salifou, chercheur d’or dans le Ténéré » de Gilbert FOUR, un lien entre Lyon et le Niger

« 

« Salifou, Gilbert et Michèle Four le connaissent bien : ils l’ont vu grandir, à Abarakan, un petit village du massif de l’Aïr, au nord du Niger, où ils séjournaient régulièrement pour leur association Amis Niger Rhône-Alpes. En 2020, Salifou leur rend visite à Lyon et leur fait cadeau d’un petit morceau de quartz multicolore où brille un point d’or gros comme une tête d’épingle. Bien entendu, ils le questionnent sur le comment et le pourquoi de ce qui est devenu son nouveau métier : chercheur d’or ! Et c’est tout le récit de sa vie qu’il va dérouler – une vie pas banale, celle d’un jeune Touareg courageux et entreprenant, tour à tour pasteur, jardinier, cuisinier, puis chauffeur pour tours opérateurs. Avant que, conséquence de la rébellion touareg de 2007, la région, vidée de ses touristes, ne tombe en déshérence. Mais, Salifou le sait, des Soudanais ont découvert de l’or au Soudan depuis 2010 ; et certains d’entre eux, particulièrement aventureux, ont poursuivi leurs recherches dans d’autres pays voisins et tout spécialement au Niger. Et en 2014, il devient à son tour chercheur d’or à plein temps…
Prospection, creusement des puits, orpaillage : « Voilà !, conclut Salifou, je crois que j’ai dit l’essentiel. J’espère vous avoir intéressés et fait connaître la vraie vie d’un chercheur d’or en pleine force de l’âge dans le grand désert du Ténéré. Merci à Gilbert d’avoir tenu le Bic pour moi et de m’avoir aidé à raconter mon histoire. À lui de faire maintenant et de vous parler des retombées de cette fabuleuse découverte de l’or au nord du Niger pour mes frères Touareg, pour de nombreux Nigériens et pour bien d’autres encore. » L’ouvrage, illustré de photographies prises par Salifou ou son équipe de prospecteurs s’achève sur les méthodes et outils d’exploitation et sur un état des lieux de la prospection aurifère dans la région avec ses retombées économiques et sociales grâce à la contribution d’Assalek Ibrahim un lettré touareg à Agadez, secrétaire général de l’ONG Hed Tamat et celle de Jade Mietton, réalisatrice, photographe et conférencière fascinée par le Ténéré.
« 

A propos de Gilbert FOUR : Professeur de lettres puis conseiller en formation continue des adultes, Gilbert Four s’est engagé pendant une vingtaine d’années dans des actions bénévoles d’aide aux villageois de l’Aïr et d’alphabétisation avec sa femme Michèle. Avec elle, il crée en 1997 l’association Amis Niger Rhône- Alpes, adhère au Groupement d’éducateurs sans frontières (GREF), et conduit un vaste projet d’alphabétisation avec une équipe de formateurs nigériens et français. Désormais retraité à plein temps, il a fait paraître en 2017 chez Hémisphères édtitions Rebelles et rébellions touareg au nord du Niger de 1990 à 2009.

Pour commander

Articles sur le Niger à Lyon #nigerlyon
sur ekodafrik.net
sur facebook
sur instagram
sur twitter
sur linkedin

La Rédaction

Depuis plus de 25 ans le site « ekodafrik.net » édite une information exclusive dédiée à l’OUVERTURE VERS LES CULTURES afro de Lyon et son agglomération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :