[LIBRE PAROLE AVEC ILHAM] « La gourmandise alimentaire est elle signe d’appétit sexuel ? »

[LIBRE PAROLE AVEC ILHAM] « La gourmandise alimentaire est elle signe d’appétit sexuel ? »

#libreparole #ilham #gourmandise #sexualite #appetit #maquispluriel La littérature et la peinture regorgent d’œuvres qui associent la nourriture à la sexualité ou à l’érotisme (Maupassant, Manet, Zola…)
Les campagnes publicitaires utilisent de plus en plus l’érotisation culinaire pour faire passer leurs messages.
Alors peut on dire que lorsque l’on prend plaisir à manger on a forcément plus d’appétence pour le sexe?
Essayons tout d’abord de voir les liens entre nourriture et sexe.
Histoire
L’alimentation et la sexualité ont toujours été intimement liées, les banquets romains associaient les orgies alimentaires aux orgies sexuelles. Bien avant, dans un autre registre on parle de jardin d’Eden, de fruit défendu, de tentation. La religion catholique va classer la gourmandise et la luxure parmi les 7 péchés capitaux. Ces deux activités sont perçues dans leurs excès comme indissociables et néfastes car le plaisir procuré prendrait le dessus sur l’esprit.

Physiologie
le plaisir sexuel et le plaisir culinaire fonctionnent selon les mêmes mécanismes physiologiques.
Pour manger et faire l’amour on mobilise les même sens et les mêmes organes: la vue, l’odorat, le toucher, la bouche, les mains.Le plaisir de manger et de faire l’amour résulte de la sécrétion d’hormones tout au long du processus: la pensée, la vue, le contact et la consommation.
Manger
Pourquoi a-t-on du mal à résister à certains plats? A la vue et à l’odeur d’un plat, notre corps secrète la ghréline, c’est une hormone digestive qui ouvre l’appétit et stimule la dopamine. La dopamine est un neurotransmetteur qui nous pousse à apprécier le repas et active la partie « récompense » du cerveau qui nous donne envie de remanger à la vue d’un bon plat à l’avenir. Nos glandes salivaires vont également sécréter de la salive qui, en humidifiant la bouche, permet d’avaler la nourriture plus facilement.
Faire l’amour
A la vue ou dans l’attente de son partenaire, c’est une cascade de secrétions hormonales qui va s’enclencher.
La testostérone, présente aussi bien chez l’homme et la femme, est initiatrice du désir sexuel, elle fait naitre l’alchimie. Vient ensuite la lulibérine qui prépare le corps à l’acte sexuel et pousse aux préliminaires, humidification des parties sexuelles féminines et érection chez l’homme. Ensuite après la pénétration, l’orgasme c’est un shoot d’hormones, un cocktail hormonal: endorphines, sérotonine, ocytocine, dopamine. Elles vont provoquer un bien-être, diminuer le stress et l’anxiété. La zone de récompense/dépendance du cerveau est là aussi activée pour donner envie de recommencer.

Lire l’article en entier sur « Vis et Apprends »

Retrouvez Ilham dans l’émission Maquis Pluriel en direct les mardis entre 20h et 22h sur Youtube ou sur Facebook

Ilham SEGHROUCHNI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :