Après son article sur le bar lyonnais au nom plus que douteux « La première plantation », la journaliste du Petit Bulletin Julie Hainaut a vu une polémique naître autour de ce dernier.
[POLEMIQUE] La Première Plantation, ou l’art de se planter (Le Petit Bulletin)

La plus grave et scandaleuse est celle du site « democratieparticipative.biz » dont on lit en une le descriptif « le site le plus lu par les pute à nègres de la sphère francophone« .

Un aperçu des titres des articles mis en ligne en dit long :
« Zouk tragique à Saint-Martin »
« L’Amérique face au péril brun »
« Une vie de Blanc dans les cités du 13 »
« Le sale nègre du jour »
« Pour mettre fin au racisme en France, il faut génocider les Blancs selon un manuel scolaire communiste »

L’un des derniers réagissant à la polémique sur l’article de Julie Hainaut sur la première plantation est haineux , nauséabond, à vous de le découvrir :

Lyon : Une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum « colonialiste », mobilisation !

Je suis encore en état de choc. Cette affaire m’a parue encore plus abjecte que ce que l’on m’en avait dit de prime abord. Une véritable tentative de détruire les vies de deux jeunes entrepreneurs de Lyon par la vaginocratie négrophile.
Une ignoble gauchiste en charge de commettre des « revues » de bars de la capitale des Gaules a décidé de détruire médiatiquement un bar à rhum qu’elle a identifié comme nostalgique de la colonisation.
Tout d’abord, ce bar est un excellent bar.
Immédiatement, la meute s’est déchaînée contre l’établissement qui a ouvert en août. Les tenanciers ont tenté de désamorcer la haine de la vermine gauchiste, ce qui n’a bien sûr fait qu’accroître davantage l’agressivité de ces chiens.
L’auteur de l’article original s’appelle Julie Hainault, rebaptisée ici Julie la Hyène. En fait, c’est une grosse pute à nègre. Elle a été au lycée à Dakar, au Sénégal et une autre fiche indique « 6 ans à Kinshasa, République démocratique du Congo » et « 8 ans à Dakar, Sénégal ».
Inutile de vous dire ce que cela implique.
Son Instagram est inondé d’images de cafres.
Mieux :
Cette grosse pute vit du commentaire de la vie des autres. La plus parfaite incarnation de lq touriste babos éternelle.

Lire l’article en entier sur http://democratieparticipative.biz : http://democratieparticipative.biz/index.php/2017/09/15/lyon-une-pute-a-negres-feministe-veut-detruire-un-bar-a-rhum-colonialiste-mobilisation/