L’œuvre de Youssouf Bath qui correspond à la vingtième peinture murale du Musée Urbain Tony Garnier de Lyon est une reproduction sur 230 m² d’une de ses fresques intitulée « La Cité Idéale ». Située à l’angle des rues Rochambeau et Emile Combes dans le 8e arrondissement de Lyon, elle « évoque les relations de l’homme africain avec les forces et les esprits surnaturels, très importants dans les croyances et les religions africaines. Dans on dessin, toutes les religions parviennent à vivre ensemble, en paix et en harmonie. Chacune des formes dessinées est symbolique, qu’il s’agisse d’un masque, d’un totem, (…)

d’un fétiche. Toutes les couleurs sont celles de l’Afrique : les ocres et jaunes pour l’argile, le bois le sable, la paille des maisons ; les rouges-orangés pour la chair, le sang, la vie, les hommes ; le bleu pour les forces de la nuit, la magie des esprits. L’ensemble est peint sans rectification possible, d’un seul trait sur une écorce d’arbre qui boit les pigments et ne peut être retouchée !« *. Son œuvre impressionnante par sa dimension et sa qualité permet à l’art ivoirien de rayonner dans la capitale des Gaules. Inaugurée le 29 septembre 1994, cette fresque n’est pas l’arbre qui cache la forêt mais facilite la communication entre les peuples et permet une découverte mutuelle.

*Bulletin d’information du Musée Urbain Tony Garnier / août 1994