Ce samedi 25 avril 2020 aura lieu la journée mondiale de lutte contre le paludisme, l’occasion de rappeler que cette maladie tue encore un enfant toutes les deux minutes !

Face à la pandémie liée au COVID-19,ce sont 100 000 enfants supplémentaires qui risquent de mourir du paludisme, soit une hausse de 50% !

Un constat alarmant que dresse l’ONG Vision du Monde, association de solidarité internationale qui vient en aide aux enfants les plus vulnérables, et pour lequel elle appelle à agir massivement.

Les enfants de moins de 5 ans sont les plus vulnérables face au paludisme

En 2018, au niveau mondial, le nombre de décès liés au paludisme a été estimé à 405 000, dont 67% concernent les enfants de moins de 5 ans.

De nombreuses familles sont prises dans le cercle mortifère de l’insécurité alimentaire et du paludisme. Fragilisés par la malnutrition, les enfants en bas âge sont particulièrement affaiblis et n’ont plus la force de lutter contre la maladie. Ce phénomène s’aggrave à cause de la crise du Coronavirus qui intensifie l’insécurité alimentaire dans lespays en développement. Les cas de malnutrition sévère risquent d’augmenter de 40%.

Le COVID-19 : un risque supplémentaire face au paludisme

Malgré la pandémie liée au COVID-19, le paludisme reste une problématique majeure dans les pays d’Afrique subsaharienne. Alors que ces pays doivent faire face à la crise du Coronavirus, il est primordial de ne pas baisser la garde face au paludisme et de poursuivre les actions de prévention et la détection des cas à traiter. Les systèmes de santé de ces régions sont fortement fragilisés et risquent d’être rapidement saturés par les cas de Coronavirus. Cela peut avoir des conséquences dramatiques sur la prise en charge des personnes infectées par le paludisme et ainsi augmenter la mortalité liée à la maladie. De plus, de nombreuses personnes risquent de ne pas être prises en charge à temps par crainte de contracter le Coronavirus lors d’un passage à l’hôpital.

Vision du Monde, déploie actuellement une aide d’urgence globale pour contrer l’épidémie de COVID-19 et limiter les impacts de la crise sur les plus vulnérables.

Vision du Monde s’engage dans la lutte contre le paludisme

Dans les zones infectées par la maladie, l’ONG humanitaire distribue des moustiquaires imprégnées d’insecticide et facilite la prise en charge médicale des victimes du paludisme par la mise en place de centres de santé dans des zones reculées. En 2018, via le partenariat international World Vision, Vision du Monde a protégé plus de 20 millions d’enfants et de femmes enceintes du paludisme et a distribué près de 14 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide.

Partagez cet article