Vendredi 22 juin, le premier Forum des diasporas africaines et méditerranéennes s’est tenu au Palais des Congrès de Paris, organisé par l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED), sous le Haut Patronage d’Emmanuel Macron. Si l’initiative est ambitieuse, les membres des diasporas, relais d’une chaîne économique européo-africaine en perte de vitesse, peinent encore à se fédérer…

« L’Afrique n’a pas besoin de charité » a lancé Jean-Louis Guigou, Directeur de l’IPEMED, dès la séance inaugurale insistant sur le changement de paradigme selon lequel la « co-construction » des échanges, remplace désormais la stratégie de développement. Les intervenants ont donc cristallisé leur attention sur la contribution économique des diasporas dans le renforcement des échanges transméditerranéens. Pierre-Yves Pouliquen, Directeur Général de Suez Afrique, Chakib Benmoussa, Ambassadeur du royaume du Maroc en France ou encore Lionel Zinsou qui représentait la banque d’affaires SouthBridge, avaient répondu présents.

« Nous ne pensions pas avoir autant d’affluence. C’est une fierté » s’est félicité Marc Hoffmeister, Commissaire général de cette édition qui a rassemblé plus de 2.000 visiteurs, près d’une centaine de leaders d’opinion mais aussi des dizaines d’exposants. L’absence remarquée de personnalités du gouvernement, n’a pas terni son enthousiasme : «C’est un évènement 100% privé [NDLR : budget de 240.000 euros]. Nous voulons annualiser le forum et nous présenterons un livre blanc d’ici septembre.»

Lire l’article de la Tribune Afrique en entier : https://afrique.latribune.fr/economie/strategies/2018-06-26/comment-federer-les-diasporas-africaines-783053.html#xtor=–[la-tribune-afrique-l-actualite-economique-du-continent]-20180626-[]-0@1570-20180626190000