La Côte d’Ivoire est née sur les cendres de nos vaillants, braves et courageux arrières grands parents accompagnés de leurs épouses dans la lutte pour le bonheur des leurs, ceux que nous sommes aujourd’hui.
Que serons-nous devenus si nos valeureux parents qui étaient plus de 200.000 âmes sur les champs de batailles en France, sur les fronts d’Orient, aux Dardanelles ou en Egypte, appelés « Force Noire » ayant participé à la victoire sur les troupes allemandes, Bulgares, Turques et Austro-Hongrois originaire de la Côte d’Ivoire et de l’ensemble des pays de l’Afrique occidentale française [AOF] durant la première guerre mondiale ?
Difficile de quantifier le nombre des nôtres qui ne sont pas rentrés de cette expédition forcée. On avance 30.000 âmes qui seraient tombés.

Si ceux qu’on appelait Tirailleurs Sénégalais ont été engagés dans l’opération des Dardanelles qui se trouvent être en Afrique du nord-est, c’était pour prendre le contrôle de la mer de Marmara qui protège l’accès à Constantinople.
Cette opération a été un échec en décembre 1915 pour les Tirailleurs Sénégalais qui ont été embarqués pour le port de Marseille pour se retrouver à nouveau sur les fronts de batailles de Champagne, de la Somme , de Verdun et de la Picardie après un regroupement des survivants dans des camps militaires de la Marne.
Certains de ceux qui ont eu la lourde responsabilité de diriger ce pays, le nôtre nous ont laissés des trésors inépuisables à commencer par celui que je qualifierais de Guide Suprême car il a réussi à faire cohabiter dans un climat de paix et de dialogue permanent, tous ceux que nous avons acceptés d’accueillir pour leur bien-être.
Nanan Houphouët BOIGNY puisque c’est d’abord de lui qu’il s’agit a permis à la Côte d’Ivoire d’être la tour d’ivoire jusqu’à la mort.
Il a su s’entourer des femmes et des hommes, capables de travailler en symbiose malgré quelques difficultés engendrées par la longévité de son pouvoir.
Il a été à l’écoute de son peuple grâce à ceux qui le représentaient dans nos différentes régions que compte le pays.
Certains d’entre ceux-ci ont connu la prison, je veux citer pèle mêle et pardon pour ceux qui ne seront pas cités ici : Mory Nampié, Jean-Baptiste Mockey, Auguste Dénise, Lamad Camara, Paraizo Albert, Sery Koré, Vieyra Phillipe, Mathieu Ekra, Bernard Dadié, Jacob William, Koffi Gadeau, Tidiane Dem, Kragbe Gnangbé, Laurent Gbagbo …
Parmi ces cités, certains l’ont été parce que, ayant manifesté le 05 Février 1949 sur ordre de Laurent Pechoux, gouverneur à Abidjan, installé en novembre 1948.
Encore en ce 21ème siècle, certaines des luttes que mènent nos frères sont réprimées, des compatriotes sont emprisonnés et d’autres déportés par notre mésentente et notre désaccord à parler d’une seule voix pour que nous soyons audibles.
Tout ce préambule pour dire que temps qu’on peut encore respirer, une lutte peut être menée avec le respect qu’on doit à ceux d’en face car leur respect conditionne le succès dans l’exercice qu’on se sied.
Respecter, ce n’est pas être faible
Respecter, c’est être maître de ses émotions avec un sens aigu de la discipline surtout quand on veut être aux responsabilités
Dans notre maison commune, le feu couve sans qu’on n’y fasse attention !
Dans notre maison commune, la pluie qui tombe sur le toit nous tombe dessus sans qu’on ait le courage de le colmater !
Dans notre maison, apparaissent des fissures qui laissent pénétrer la chaleur le jour, le froid la nuit, nous indisposant à mener à terme, le progrès dans la sérénité que nous ont légués nos vaillants représentants !
Quel gâchis !
Que nous a enseigné notre Guide suprême même si certains d’entre nous l’ont combattu et continuent de combattre ses idées mal véhiculées par certains qui se disent faire partie de ses héritiers politiques !
Avez –vous eu la chance de vous procurez du Rapport de Politique Général de son Excellence Monsieur Félix Houphouët BOIGNY lors du 7ème congrès du PDCI-RDA qui se compose en 3 (3 Disques Vynil) thématiques, La Politique Générale ; L’Aide à la Paysannerie et Le Changement dans la Stabilité !
Avez-vous dans votre bibliothèque la bande dessinée : IL ETAIT UNE FOIS… Félix Houphouët –BOIGNY édité par ABC sous la supervision de la Fondation Félix Houphouët-Boigny et Afrique Biblio-Club, imprimé en Belgique par Casterman S.A dans le troisième trimestre de 1978 !
Pour ceux qui ne les ont pas, je leur demande de voir s’il n’est pas possible d’en trouver.
Pour ceux qui les ont, je leur recommande une nouvelle écoute des 3 thèmes développés par Nanan BOIGNY puis une relecture de la bande dessinée pour mieux apprécier ce qui peut encore réunir ceux qui se disent héritiers de notre Guide Suprême.
La Côte d’Ivoire est diverse comme aucun autre pays dans le monde.
Elle est riche culturellement.
Elle est capable de faire passer l’intérêt des peuples avant toutes considérations personnelles.
Le Dialogue a été l’arme forte de notre Guide qui aura beaucoup œuvré pour la cohésion sociale.
Tout est encore possible, pourvu que nous nous donnions les moyens, gages de courage, d’écoute, de débats contradictoires dans le respect, la sérénité, la compréhension et enfin de travail dans le progrès.
Ensemble et unis, on va loin.

Marcel AKA

Les écrits contenus dans cette rubrique n’engagent nullement ekodafrik.net mais uniquement leur auteur.

Partagez cet article