« Lorsque l’on se cogne la tête contre un pot et que cela sonne creux, ça n’est pas forcément le pot qui est vide ». Telle est la citation que nous empruntons à Confucius pour décrire l’insouciance, l’amateurisme, l’incompétence des autorités consulaires que l’Etat du Sénégal nous a soumis à Lyon.

Depuis l’arrivée du Consul Général du Sénégal à LYON, la communauté sénégalaise vit et subit une catastrophe qu’on a du mal à qualifier.

Violation du code électorale

Le 4 janvier 2017, la commission administrative de la circonscription du Consulat de Lyon avait été installée de manière bancale puisqu’aucun représentant des partis politiques n’était présent. Ceci est une violation de la loi électorale du 15 avril 2014 abrogeant et remplaçant la loi n°2012-01 du 3 janvier 2012 portant code électoral.

Les basses manœuvres et les passe-droits dans lesquelles les autorités consulaires se sont inscrites étaient systématiques avec des passages prioritaires accordés aux parents et amis des responsables APR et à leurs militants, provocant ainsi la grogne des honnêtes citoyens.

Nous avions dénoncé avec beaucoup de vigueur cette situation. A la suite de cela, une réunion de régularisation avec l’ensemble des représentants des partis politiques et de la société civile avait été convoquée par le consulat pour qu’ensemble, la commission puisse organiser, planifier et informer de manière efficace et concertée le travail sur l’enrôlement des Sénégalais pour leur carte d’identité et leur inscription sur le fichier électoral.

Malgré notre bonne volonté, nous avons pu constater que les autorités consulaires n’avaient aucune volonté de faire en sorte que le travail soit pris en charge par la commission administrative. Aucune autre séance de travail ne fut programmée. Par ailleurs, nous avons pu constater que ces autorités consulaires méconnaissaient complètement la loi électorale puisqu’à la première réunion, devant toute l’assemblée des membres de la DECENA, des représentants des partis politiques et de la société civile et d’autres agents consulaires, elles ont osé brandir avec arrogance le code électoral de 2009. Nous leur avions juste demandé de le classer dans les archives et leur avons proposé, pour leur permettre de se remettre à niveau, de leur fournir le code électoral à jour.

Manque de respect des Sénégalais

Aujourd’hui plusieurs Sénégalais de la région Auvergne-Rhône-Alpes ne sont pas encore inscrits. Ce jeudi 23 mars 2017, le consul a envoyé, de manière sélective, un courriel à quelques partis politiques, à la société civile et à la DECENA, invitant pour une « réunion de travail pour la continuité affairant aux cartes d’identités ». La réunion a eu lieu le vendredi dans les locaux du consulat de Lyon.

Une décision a été prise pour débuter les enrôlements à partir du 27 mars, puis reportée au 28 mars. Informés par le consul, la DECENA, les partis politiques et la société civile ont pris le relais pour communiquer massivement auprès des Sénégalais, par engagement citoyen. Le mardi 28 mars, dès 7h du matin, les représentants de la DECENA et beaucoup de Sénégalais se sont présentés au lieu de rendez-vous pour procéder à l’enrôlement pour une nouvelle carte et reprendre leurs occupations (travail, famille etc.).

A 10h les locaux étaient encore fermés sans que personne ne viennent informer la DECENA et les Sénégalais et, après quelques coups de fils passés aux autorités consulaires, nous apprenons avec stupéfaction que la commission a eu des problèmes de vol entre Paris et Lyon et que le rendez-vous est reporté au mercredi 29 ou au jeudi 30 mars. Ce qui vient encore accréditer le manque de respect total des autorités consulaires vis-à-vis des Sénégalais et alimenter la liste interminable des fautes professionnelles.

Lâcheté et comportements crapoteux

Depuis 2013, le consul général n’a de cesse de poser des actes qui dénotent son incompétence et son insouciance. Le professionnalisme n’a pas sa place dans ses agissements.

En 2013, à la suite d’une plainte pour rupture abusive de contrat et sans motif légal, le Conseil des Prud’hommes à condamné le consulat général du Sénégal à Lyon à indemniser le plaignant à hauteur de plus 124 000 €. La procédure est toujours en instance. Elle sera rejugée dans les mois prochains contrairement à ce qu’il fait croire à certains Sénégalais. S’il n’y a aucune conséquence sur son poste et sa fonction, malgré plusieurs alertes du Ministre des affaires étrangères Mankeur NDIAYE et de celui chargé à l’époque de la bonne gouvernance, Abdou Latif COULIBALY, c’est parce que, se glorifie-t-il, il est l’ami du Président Macky SALL. Vous l’interpellez, il vous répondra « personne n’y peut rien, j’ai fait la faculté avec le président ! »

En 2014, pour pouvoir embaucher une personne proche en situation irrégulière, le Consul rédige un courrier à la préfecture du Rhône en vue d’exiger la régularisation, alors qu’aucune des procédures légales et réglementaires n’a été respectée. Cette demande a non seulement été rejetée par les autorités préfectorales, la personne a du subir quelques désagréments au plan administratif et cette aventureuse action a fortement impacté la réputation de l’administration sénégalaise auprès de la préfecture du Rhône et du corps consulaire.

En 2015, alors que la première plainte pour rupture abusive de contrat est en instance et sur le point d’être rejugée, une seconde tentative de licenciement abusive d’un autre agent est engagée par le Consul. Ce dernier a vite fait de renoncer à la procédure se doutant qu’une nouvelle mésaventure au Conseil des Prud’hommes lui serait cette fois-ci fatale.

A ces attitudes il est important d’adjoindre, depuis maintenant plusieurs mois sur les réseaux sociaux, les insultes à l’endroit de Sénégalais qui ne pensent pas comme lui ou qui ne sont pas dans son parti APR. Ceci sur Facebook par le biais du pseudonyme « Abdou RAZAK NDIAYE » pour lequel, nous avons eu diverses sources et avons croisé plusieurs informations à caractère informatique concluant que c’est lui qui se cache derrière ce profil.

« Voici les modou-modou qui veulent être député » a-t-il écrit en commentaires d’une photo publiée sur Facebook, comme si les modou-modou sont des citoyens de seconde zone qui ne méritent pas de représenter le peuple à l’Assemblée Nationale. Quel mépris le consul porte-t-il à l’endroit de ces braves Sénégalais qui se battent à longueur de journée pour gagner dignement leur vie à la sueur de leur front, contrairement aux profiteurs du système au titre de protégé de Macky SALL.

Plusieurs Sénégalais de Lyon ont comme ami Facebook « Abdou RAZAK NDIAYE » mais personne ne l’a jamais rencontré physiquement. « Nguélew SENE » alias « Samassa DIALLO » et d’autres profils sont bien concernés et les personnes identifiées l’ont été sans aucune surprise. En plus des agissements à caractère incompétent, force est de constater le manque de courage et la lâcheté chez le consul et chez ceux qui agissent pour et avec lui dans l’ombre.

Nous portons à la connaissance de tout Sénégalais que le consul général du Sénégal à Lyon n’a aucunement la compétence, l’écoute et le respect nécessaire pour comprendre et gérer la complexité des dossiers qui s’imposent à l’Etat du Sénégal dans la région. Au moment où la fonction exige un minimum d’exemplarité, de prise de hauteur, de neutralité, de disponibilité à l’égard des Sénégalais, il se comporte en partisan politicien, multipliant les bourdes face à l’administration du pays d’accueil et face et aux citoyens sénégalais, usant beaucoup de son temps pour dénigrer et diviser les Sénégalais.

L’Etat du Sénégal étant dans l’incapacité de prendre ses responsabilités face à un tel chaos, nous, représentants des partis politiques et des organisations de la société civile, signataires du présent communiqué, ferons le nécessaire pour rétablir la vérité, combattre toutes les actions dirigées contre les Sénégalais et faire en sorte que l’administration du Consulat soit au service des tous les Sénégalais.

Pour notre part, l’intérêt général prime sur le copinage !

Les signataires : ACT Lyon, Diaspora Plurielle, Pastef Lyon, Grand Parti, REWMI, Convergence Démocratique Book Guiss Guiss, UCS, PDS, Raddho Diaspora.

Les écrits contenus dans cette rubrique n’engagent nullement ekodafrik.net mais uniquement leur auteur.

Partagez cet article