Le Mali agonise, tiraillé entre l’image fictive de « belle démocratie » des années 1990 et la situation cauchemar­desque actuelle : narcoterrorisme au quotidien, inégalités sociales grandissantes et injustices prégnantes. Pendant ce temps, les angoisses des populations se développent et deviennent le terreau de violences exacerbées : angoisse de la pensée unique, angoisse des conflits intercommunautaires, angoisse de la pauvreté, angoisse de la pression sociale, angoisse d’un État dominant et écrasant, angoisse des élites corrompues et des citoyens corruptibles.
Mohamed Amara, en tant que sociologue et enfant du pays, envisage des solutions.
« Le Mali doit penser son futur en termes de développement des libertés, de justice et d’un droit au bonheur pour tous. »

En savoir plus : http://editionsgrandvaux.free.fr/spip.php?article621

Partagez cet article