« Un jour tu nais, un jour tu grandis, un jour tu vieillis, un jour, tu partiras… Nous avons tous la même inéluctable trajectoire. Amusons-nous et aimons-nous puisque ces jours arriveront, peu importe quand, ils arriveront. » Moh Kouyaté
Depuis plusieurs années, son nom bruisse dans les conversations des guitaristes éclairés et amateurs de musique africaine: Moh! Kouyaté. Et n’oubliez pas le point d’exclamation ! Moh, comme Modjigui, son grand-père, gardien de la tradition et dont le nom signifie « espoir de l’homme ». Moh! comme le guitariste au groove mandingue généreux, installé à Paris depuis 2007 et jamais avare d’un boeuf ou d’un concert. Moh! Kouyaté, griot et fils de griot, un pied dans la tradition, l’autre dans les musiques actuelles, qui a choisi la musique pour faire danser les gens et les continents. Il a chauffé à blanc les nuits de Conakry, s’est recueilli sur la tombe du bluesman Robert Johnson et parcouru l’Europe en tournée. Aujourd’hui, Moh! Kouyaté présente enfin le clip du titre Lundo, « un jour »qui illustre à merveille l’album.
Vous l’avez peut être déjà vu sur scène aux Etats-Unis, en Angleterre, en Australie, en Hongrie ou à Paris. Dégaine soignée, chapeau incliné sur le côté, une présence solaire mais surtout un jeu de guitare époustouflant, à mi-chemin entre la tradition mandingue, le blues, le jazz et le rock. Avant de présenter son premier album, Loundo, Moh! Kouyaté a déjà une longue carrière derrière lui… D’abord, en Guinée, formé à l’école traditionnelle par ses parents et ses oncles, tous impliqués dans la vie musicale de Conakry.
Chez les Kouyaté, dynastie de griots depuis le 13è siècle, l’apprentissage de la musique, c’est sacré ! Son père l’encourage et lui montre ses premiers accords, sa grand-mère lui achète une guitare artisanale au marché. Il se forge une oreille en écoutant les grands classiques de l’authenticité guinéenne : le Bembeya Jazz et son lumineux guitariste Sékou « Diamond Fingers » Bembeya, le Syli Authentique, Kouyaté Sory Kandia ou encore Ousmane Kouyaté, le guitariste de Salif Keita. Les progrès de Moh! sont fulgurants. En quelques années, il se fait repérer par les meilleurs guitaristes de Guinée qui voient en lui la relève. L’un d’eux, Amadou Diallo, lui fait découvrir l’album Tenderly de George Benson. C’est un choc ! Et le point de départ d’un appétit insatiable pour de nouveaux styles de jeu : Django Reinhardt, Santana, BB King, Ben Harper, Jimi Hendrix…