Paris (France) – Vendredi 1er juin 2007 – Que ceux qui n’ont jamais entendu parler de l’ARNAQUE dont a été victime un chef d’entreprise lisent bien ce qui va suivre. En effet, à la recherche de la fortune à tout prix, notre homme d’affaires qui a fait de brillantes études s’est fait aborder par deux individus Noirs Africains élégamment habillés parlant un français académique auquel ils mêlaient quelques mots d’américains bien placés.

Autour d’un repas dans un bon restaurant, nos deux comparses se sont présentés comme des conseillers financiers, exhibant même des cartes de visite. Très vite l’arnaque est annoncée. Comment faire fortune rapidement ? Très vite les réponses sont énoncées et des exemples de personnalités (chanteurs, footballeurs, politiques…) pratiquant le « lavage » sont données. Qu’est-ce que le « lavage » ? Très simple : lorsque la banque de France émet des billets, selon les deux « experts », elle les recouvre d’une pellicule noire afin de les protéger. Mais comme par enchantement , nos deux escrocs connaissent et possèdent le produit qui « lave les billets ». « Comment ça, votre histoire c’est pour les gaous (naïfs) ! » s’exclame notre chef d’entreprise, très cartésien, habitué au démonstration scientifique et loin d’être un gaou. Disposant de plus d’un tour dans leur sac, les deux escrocs invitent notre homme à assister à une démonstration dans une chambre d’un grand hôtel de la place. Champagne et petits fours à disposition, la manipulation peut commencer.

Une liasse de billets noirs est « lavée » avec le produit miracle et ça marche. Des billets neufs apparaissent et le comble, ils sont offerts à notre homme afin qu’il fasse des achats et vérifie que les 2.000 € sont vrais. N’en croyant pas ses yeux, il récupère les billets et les dépense la même journée. Incroyable ! Aucun des billets n’est détecté comme faux, ils sont donc vrais ! Attiré par la fortune facile ainsi proposée, cette fois c’est l’homme d’affaires qui contacte les deux « faimans » (escrocs).

Ouf ! se disent-ils, le gaou a mordu à l’hameçon. L’arnaque est donc sur le point de réussir. Cette fois on joue gros, ce sont 50.000 € qui doivent être « lavés » mais l’astuce c’est que le produit (à base de mercure) vaut cher 10.000 € le litre. Pas de problème pour notre chef d’entreprise qui règle les 10.000 €.

Rendez-vous est pris dans l’hôtel habituel mais comme par hasard, ça ne marche pas, raison invoquée, le produit n’est pas fiable, il faut recommencer. Le problème c’est qu’il faut encore payer et cette fois c’est sûr ça va marcher, manque de pot évidemment, c’est encore un fiasco.

Au moment où il découvre l’ARNAQUE, notre chef d’entreprise s’est fait escroquer 30.000 € et ne sait pas contre qui porter plainte.

On dit PREMIER GAOU N’EST PAS GAOU !…

Partagez cet article