Refus du passé colonial, gêne des antiracistes… En France, on a du mal avec le mot « noir ».

Oumou, 20 ans, a un joli visage aux traits fins. D’origine sénégalaise et mauritanienne, la jeune femme est mannequin. Sa famille vit en France depuis deux générations.

C’est en mettant un pied dans l’univers de la mode qu’elle est confrontée pour la première fois au terme « black ». Dans son entourage proche, personne ne l’emploie. Elle l’a entendu depuis, « des centaines de fois ».
« Souvent, pendant des castings, on me dit qu’on recherche des Blacks ou qu’au contraire je suis trop black. Ils pensent bien faire. »

Patiente, Oumou répond toujours poliment :
« Je suis noire, pas black. »

Elle reçoit des excuses à chaque fois.

« Il y a des Noirs en France »

Pour Louis-George Tin, ancien élève de l’Ecole normale supérieure (ENS), professeur de littérature à l’université d’Orléans et président du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran), il subsiste un malaise autour du terme « noir ».

Un héritage direct de la traite négrière, reconnue crime contre l’humanité depuis la loi Taubira adoptée en 2001.

Au téléphone, Louis-George Tin nous dit :
« La France a commis un crime contre l’humanité contre les Noirs. Un crime commencé à la fin du XVe siècle et qui a duré quatre siècles. Et en même temps, la France se veut la patrie des droits de l’homme… »

Pour le président du Cran, dire « black » reflète un malaise vis-à-vis de ce passé colonial. L’association, fondée en 2005, revendique l’utilisation du terme « noir » en France.

Pour lire l’article du Nouvel Obs en entier :
http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170828.OBS3873/je-suis-noir-e-black-est-une-insulte.html?xtref=https%3A%2F%2Ft.co%2FhMcmzcmp3l#https://t.co/hMcmzcmp3l