En proie à une crise financière de longue date empirée par la pandémie du coronavirus, Tunisair est au bord de la faillite. La compagnie a récemment sollicité 100 millions de dinars (environ 35 millions de dollars) auprès du gouvernement, mais ce dernier n’a aucune intention de mettre la main à la poche.

unisian Airlines vit-elle ses derniers jours ?  « Nous ne survivrons que pendant une courte période. […] Nous attendons l’aide du gouvernement, mais on nous dit que l’état des finances publiques n’est pas bon », alertait récemment le PDG Elyes Mnakbi, qui plaide pour un plan de sauvetage depuis plusieurs mois soutenus par Tunis. La compagnie demande 100 millions de dinars (environ 35 millions de dollars) à l’Etat, pour redécoller. Cependant, le gouvernement n’a pas l’intention d’injecter de l’argent dans la compagnie aérienne nationale, selon les déclarations du ministre des Transports lors d’une interview publiée hier, dimanche 31 mai, par le média londonien The New Arab :

« Le gouvernement n’accordera aucun soutien financier à la compagnie et nous lui avons demandé de s’appuyer sur ses propres capacités et de ré-exploiter les vols en s’appuyant sur ses propres ressources, car le gouvernement ne peut pas risquer d’apporter un soutien financier à une compagnie dans une situation difficile qui pourrait à l’avenir ne pas être en mesure de la récupérer. »

Lire l’article en entier dans la Tribune

Partagez cet article