L’espace du premier étage de la librairie Terre des livres était tout juste suffisant pour accueillir le public venu nombreux dialoguer avec Jean-Yves LOUDE, Viviane LIEVRE, anthropologues et écrivains et Christian EPANYA, illustrateur de nombre de leurs publication .

Présenté par Christine ADJAHI   et Bacary GOUDIABY journaliste et écrivain, association Afrik Evènements C.I.E.L.S., Jean-Yves LOUDE a évoqué son premier voyage avec Viviane LIEVRE dès l’âge de 20 ans chez les Kalash au Pakistan.  Son premier contact avec l’Afrique s’est fait en particulier par la lecture du roman L’enfant noir du Guinéen Camara LAYE paru en 1953  . Cette relation avec l’Afrique a été approfondie par son compagnonnage à Lyon avec le brillant étudiant camerounais Kum’a NDUMBE III. Un soir de pluie à un feu rouge à Vaulx-en-Velin, Kum’a NDUMBE III dit à Jean-Yves LOUDE : « Et si nous écrivions un livre ? » Ils partagent donc leurs points de vue dans Dialogue en noir et blanc – Lettres paru en 1989  .  Leur aventure continuera par la difficile ascension avec Viviane LIEVRE du Mont Cameroun à plus de 4.000 mètres que Jean-Yves LOUDE consigne dans Le coureur dans la brume paru en 1997 . Jean-Eric SENDE, directeur technique à ABC  demande alors la parole pour dire que, passionné de sport, il vient d’être convaincu par Jean-Yves LOUDE de se mettre à lire ses ouvrages qui parlent si profondément de son pays le Cameroun.

Jean-Yves LOUDE présente ensuite son album somptueusement illustré par Christian EPANYA Le Voyage de l’empereur Kankan Moussa du Mali qui a fait en 1324 le voyage jusqu’à La Mecque qu’il a fort impressionnée par sa profusion de cadeaux en or. Voir aussi  . Ce n’est pas tout, ajoute Jean-YVES LOUDE, son prédécesseur Aboubakari II, à la tête d’une grande flottille, aurait découvert le continent américain bien avant Christophe COLLOMB – voyage dont personne n’est revenu. Lors de séjours au Brésil, Jean-Yves LOUDE et Viviane LIEVRE apprennent qu’en 1974 six crânes intacts y ont été découverts, montrant que des Africains se sont rendus en Amérique du Sud bien avant que n’apparaissent les Indiens d’Amérique. t . Jean-Yves LOUDE vient également de publier plusieurs ouvrages de ses rencontres au Brésil.

Ouverts à tous les vents artistiques du monde, Jean-Yves LOUDE et Viviane LIEVRE sont charmés par les musiques des Îles du Cap Vert dans Cap Vert : un voyage musical dans l’archipel (1999)  . Avec Christian EPANYA et une représentante de l’association MALIRA de Bron, ils évoquent leurs séjours à Tombouctou où l’association MALIRA ouvre des bibliothèques scolaires dans les villages alentour et a organisé en 2004 un marché du livre avec un fameux dromadaire-bibliothèque ambulante. Après tout un travail d’élaboration avec vingt-quatre élèves du lycée de Tombouctou, Jean-Yves LOUDE et Christian EPANYA ont publié en 2006 Les lettres de Tombouctou et de Gourma-Rharous  et, dans l’enthousiasme des lycéens, Douk le malin  . Dans le cadre du partenariat entre les villes de Grenoble et de Ouagadougou, Jean-Yves LOUDE et l’illustrateur Nemo, avec des lycéens de La Ville neuve à Grenoble et de Tanga au Burkina Faso, ont publié en 2000 Je t’offre ma ville : Ouagadougou et Je t’offre ma ville : Grenoble.

De ses séjours en Haïti, Jean-Yves LOUDE, dans son livre Princes de Fatras, nous fait partager la vie des jeunes qui collectent les ordures à Port-au-Prince  , dont André ZECH a tiré un film [Dans le rectangle RECHERCHEZ SUR LE SITE, saisir Princes des Fatras Loude et cliquez sur le chiffre 5].

Plus près de Lyon, Jean-Yves LOUDE est allé à la rencontre des Africains de Lisbonne [Lisbonne – Dans la ville noire paru en 2003] . A plusieurs reprises pendant ces échanges, Jean-Yves LOUDE a pu converser en langue portugaise avec Adao MUTAUGO MASSUCA, jeune Angolais de Luanda. A la proposition de Jacques LYANT, un des organisateurs de cette rencontre littéraire, Jean-Yves LOUDE et Viviane LOUDE ont répondu qu’ils se rendraient volontiers en Colombie où les Afro-colombiens s’organisent dans le contexte actuel des accords de paix avec les FARC et l’ELN pour la construction de la justice et de la concorde sociales.

Le temps tournant et le sujet étant les littératures africaines, Jean-Yves LOUDE n’a pu parler de ses actions en faveur des artistes en Auvergne-Rhône-Alpes. Dès 1979, il est à l’origine du Marché de la Création qui se tient désormais à Lyon chaque dimanche quai Romain Rolland au bord de la Saône . Lundi 13 juin 2011 au cours de leur expédition appelée Voyage avec mes ânes en Côte roannaise, Jean-Yves LOUDE et Viviane LIEVRE découvrent à Saint-Romain-la-Motte  la Maison en piteux état de Pierre MARTELANCHE, vigneron et sculpteur humaniste. Depuis, Jean-Yves LOUDE est président des Amis du Petit Musée de Pierre MARTELANCHE  et conduit le projet de la Route de l’Art brut dans notre région avec les responsables du Palais idéal du facteur CHEVAL à Hauterives dans la Drômehttp://www.facteurcheval.com.

Avant la collation préparée par Aissata BASS de la Téranga  et co-organisatrice de SAGALY, Saveurs et Gourmandises Africaines à Lyon pendant la Semaine du goût   , Christophe AMANY, coordonnateur principal du Collectif AFRICA 50, a mis en valeur l’efficience des fondements culturels du Collectif dans le contexte français d’aujourd’hui tendant au rejet de l’autre et, a contrario, indispensables pour construire un vivre ensemble harmonieux.

Grand merci à Jean-Yves LOUDE, à Viviane LIEVRE et à Christian EPANYA pour leurs talents et leur générosité !

Jacques LYANT – jacqueslyant@free.fr