M. Jean-Eric Sendé et famille ont la profonde douleur de vous annoncer le décès du Dr Pierre Sendé (Député) le 14 janvier 2019 à Yaoundé au Cameroun.

L’inhumation a eu lieu le samedi 16 mars 2019 à Messondo au Cameroun.

Pierre SENDE cinquième d’une fratrie de neuf enfants est en 1946 à l’hôpital se Sakbayémé dans le département de la Sanaga Maritime au Cameroun.

Pierre Sende, était titulaire d’un baccalauréat en sciences expérimentales et fidèle aux conseils de son père quant aux mérites de l’école de l’homme blanc, il poursuivit ses études universitaires et postdoctorales dans les universités de Michigan, Hope, Howard, Johns Hopkins et Harvard. Dans cette dernière institution, il occupera les fonctions de chef de clinique et, plus tard, de gynécologue à Harvard University Health Service Cambridge.

Gouverneur du district 9150 du Rotary International, député à l’Assemblée nationale successivement de 1992 à 1997 et de 2002 au 17 janvier 2019. Secrétaire général puis vice-président de l’Ordre national des médecins du Cameroun de 1981 à 2006, Pierre Sende était aussi un paysan et, à ce titre, vivait proche de la tradition orale et du monde paysan. Il était marié et père de cinq enfants.

Il décède le 17 janvier 2019 à Yaoundé au cameroun, et est enterré ce jour à Messondo au Cameroun

Dr. Sendé Pierre était aussi connu pour trois faits majeurs :

  • Il était le gendre de Ruben Um Nyobè, la figure historique la plus illustre de tous les Camerounais,
  • Diplômé de Havard, le député était aussi connu et reconnu comme l’un des plus brillants gynécologues du continent africain
  • Membre et gouverneur du Rotary club, Il était aussi écrivain ce qui lui a permis de publier chez les éditions « l’harmattan » deux ouvrages : « la route du sel » chez les bassas du Cameroun et le « Gouverneur Polio » le Rotary sur les rives du fleuve Congo

Le docteur Sende a voyagé à travers le monde en qualité de médecin, de rotarien, et de député à l’Assemblée nationale du Cameroun. Comme il disait : « la pauvreté de l’être humain vient de lui-même, et non pas toujours de la nature. »

Par Jean-Eric SENDE

Partagez cet article