« De la Habana à Brazzaville » est le titre du très bel album de trois jeunes congolais de Brazzaville réunis au sein du groupe « Congolero » composé de : Willy Manolo Morreno, Eddy Sonero et Davy Américano. Réalisé par le pianiste, compositeur, arrangeur martiniquais Hervé Celcal avec la participation du chanteur congolais Ballou Canta, l’album « De la Habana à Brazzaville » demeure l’une des plus belles réussites de cette décennie dans le genre afro-cubain. Il livre une fusion des rythmes cubano-congolais, enrichis des sonorités ethniques congolaises.

La bien-renommée coopération congolo-cubaine

L’histoire du trio Congolero commence naturellement à Cuba, lorsque dans les années 80, et dans le cadre des échanges culturels avec le Congo, Cuba accepte de recevoir des milliers de jeunes congolais dans le joyau site de «l’Ile de la jeunesse ». Parmi eux : Willy Manolo Morreno, Eddy Sonero et Davy Américano. En marge de leurs études, ils s’initient au chant, à la guitare et aux percussions cubaines. De retour au Congo au début des années 90, les trois jeunes rentrent au bercail, muni de leurs diplômes d’économiste et de vétérinaire, certes, mais, aussi des mélodies plein le coeur : « Le son cubano » ou « La salsa latina ».

Sonero Del Congo – Sos Salsa

A Brazzaville, en 1994 « le trio maravillas » va capter rapidement l’attention de la famille musicale congolaise, puis accueillir l’adhésion du public à travers la formation du nom « Sonero Del Congo ». Plus tard le groupe s’agrandit avec la venue de Nimi Romain et s’explose en 1995 avec la nouvelle appellation « Sos Salsa ». Grâce à l’intérêt que lui porte Nessy Eugène Tchibinda, animateur sur Radio Congo de l’émission « Tambours des Antilles », le groupe réussit à s’intégrer totalement dans la famille des Salseros du Congo.

Le facebook : https://www.facebook.com/kongolero.salsa

Partagez cet article