Co-auteur du récent rapport de l’Institut Montaigne « Prêts pour l’Afrique d’aujourd’hui ? » qui se veut afro-réaliste, Jean-Michel Huet en explique le cheminement.

Jean-Michel Huet est associé chez BearingPoint, cabinet de conseil en management et technologie. Il y est en charge de l’Afrique. Sur le continent justement, dans le rapport « Prêts pour l’Afrique d’aujourd’hui ? », son duo avec Dominique Laffont, de Lafont Africa Corporation, a d’abord constaté combien la France est en train de passer à côté de la dynamique de croissance africaine. Avec en toile de fond le souci d’instaurer une vraie logique de partage, ils ont mis en exergue la nécessité pour la France de renforcer ses outils d’accompagnement et de financement en Afrique, de développer des partenariats dans l’éducation et la formation, enfin de passer d’une relation France-Afrique à une relation Europe-Afrique. Des préconisations qui méritent des explications. Ce que Jean-Michel Huet a fait pour Le Point Afrique.

Le Point Afrique : Ce rapport « Prêts pour l’Afrique d’aujourd’hui ? » veut aborder la question de la coopération franco-africaine autrement. Quels sont les éléments innovants qui vous paraissent pouvoir faire la différence ?

Nous avons essayé via ce rapport, dont la réalisation a duré un an, mobilisé une dizaine de contributeurs qui ont interviewé plus de 50 responsables, de proposer une analyse juste à l’encontre des clichés et idées reçues encore trop nombreux. Contre l’afro-optimisme de certains et l’afro-pessimisme d’autres, nous poursuivons la voie de l’afro-réalisme. Il faut donc pour cela bousculer certains tabous, certaines idées bien ancrées. Le moment est propice à cela, car l’Afrique vit une période riche. Tout n’est pas facile et simple dans ce continent (54 pays il faut le rappeler), mais depuis une quinzaine d’années, nous voyons de beaux succès y compris dans le domaine économique : les télécoms, les paiements, le e-commerce naissant. Les défis sont immenses – démographie, éducation, santé – les moyens ne sont pas encore à la hauteur (l’Afrique est en moyenne 4 fois moins financée que le reste du monde), mais pourtant l’avenir est là.

Lire l’article du Point en entier : http://afrique.lepoint.fr/economie/jean-michel-huet-c-est-le-moment-d-aller-en-afrique-11-10-2017-2163773_2258.php